la commisure des sèves

Ou le mouvement enlacé des torsions de feu
Le parcours blessé des appels 

lancinants
Quand du fiel de la nuit surgit l’ombre des vautours
Et la poignée de main des fuyards pourchassés