Puits cannibale mystère de l’œil spirale du vol les membres éparpillés des éperviers du rire sous le
chapeau sombre des aurores embrumées danse danse encore et tournoie et fustige le sol et arpente
les marbres trop endormis danse s’il te plait pour le regard des offres et l’aspiration du feu


Cette flamme qui lèche mes envies projette un filin de fièvre


Je tu serre je tu asphyxié de l’élan et du déploiement des affres


Toi qui suaves mes profondeurs qui dilates le muscle du songe pour y dessiner un corps à corps
Malicieux


Tangue sur le muret tangue sur le surplomb des vignes sinue oui sinue


La lance ouvre à la brèche un chemin inassouvi toujours toujours


Enfin sous la coupe de sel la lèvre attentive esquive le trouble


Et rythme rythme le balancement des nudités sur la falaise d’un brasier.